Développer ses perceptions pour prendre de meilleures décisions

La stimulation de nos 5 sens nous permet de repérer les signaux faibles. Par le développement de cette force sensible, nous gagnons de nouvelles ressources créatrices de bien-être et de performance.

La conscience d’exister

Nos yeux, nos oreilles, notre peau, notre nez, notre bouche, sont des organes précieux qui nous donnent cette conscience d’être(s) vivant(s). Véritables sentinelles, nos sens enregistrent sans cesse des informations sur notre environnement pour les transmettre à notre cerveau. C’est grâce à ces sentinelles, que nous avons la possibilité d’être en contact avec le monde : toucher, de voir, de sentir, de gouter, d’écouter. C’est grâce à ces informations sensorielles, que notre cerveau peut créer une image cohérente de ce qui est nous entoure. Nos sens nous permettent ainsi d’avoir cette vivance ou autrement dit, cette conscience d’exister et de ressentir son corps et les sensations qui le traversent.

Or au fil de la vie, dans notre agitation permanente, nous perdons cette conscience. Comme notre respiration, nos sens finissent par être totalement oubliés. Qui a encore la mesure du génie qui est là en lui ?

Pourquoi développer ses perceptions ?

La fonction première de nos sens est de nous aider à survivre face aux menaces de notre environnement. Si aujourd’hui, nous n’avons plus à chasser pour trouver notre nourriture, ni à détecter ce qui est comestible ou non, pour autant, nos sens ont toujours un rôle majeur pour notre équilibre, notre santé et notre épanouissement de manière générale.

En effet, le déploiement de nos perceptions nous place dans un niveau d’hyper concentration, qui donne accès à cet état d’expérience optimale énoncé par Mihaly Csikszentmihalyi dans son livre « Flow ». Dans cet état, chacun a accès à des signaux faibles ou autrement dit, à des informations non apparentes qui lui permettront de faire des choix et d’ajuster ses actes aux situations données. Il y’a là un état de perceptions affiné qui permet de libérer la décision et l’action. Développer cette conscience affutée de ses perceptions génère rapidement fluidité et efficacité.

Nos sens sont des générateurs de plaisir et de bien-être hyper puissants. Ils stimulent nos capacités à innover et à dépasser les barrières et les cadres établis. André Holley, professeur de neurosciences à Lyon parle de nos perceptions sensorielles comme d’une « clef » nous ouvrant à nous, aux autres et à notre environnement. « Que l’on prive quelqu’un de cette communication et l’on observe un fléchissement significatif de sa vie mentale et affective. Des sources de stimulation sensorielle dans les gammes modérées représentent un élément d’équilibre vital pour l’Homme. »

Nos oreilles, par exemple, distinguent une infinité de sons différents, elles sont même capables de percevoir des ondes sonores à plusieurs centaines de mètres. L’oreille humaine serait capable de percevoir 1300 sons. «Plusieurs études ont montré que l’écoute et la pratique musicales génèrent une amélioration de la mémoire de travail ou mémoire à court terme», indique Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l’université de Caen. «Certains travaux ont mis en avant des effets sur l’apprentissage scolaire: les capacités d’attention et de concentration sont renforcées.»

Nos yeux occupent une place prépondérante dans nos perceptions. C’est le sens le plus sollicité et le plus à même de nous influencer. Par l’imagerie mentale, nous avons le pouvoir de réguler nos émotions désagréables et d’amplifier les émotions agréables. Cela agit par voie de conséquence, sur l’ouverture de nos perspectives et sur nos capacités à prendre des décisions justes. Système hyper élaboré, la vue nous rend aussi capable de reconnaître des milliers de visages et de distinguer l’état émotionnel de chaque personne regardée.

Notre peau est l’organe sensoriel le plus vaste et le plus lourd représentant une surface de presque deux mètres carrés. Des milliers de capteurs ultra-sensibles sont présents à la surface de notre peau notamment dans les extrémités, les pieds, les mains, les lèvres et la langue étant les zones du corps qui concentrent la plus grande densité de récepteurs. Ils génèrent des influx nerveux qui filent jusqu’à notre cerveau à une vitesse de 100 mètres par seconde.
Par le toucher, nous trouvons la sécurité du contact avec le sol et ce qui nous entoure. Le travail sur ce sens peut ainsi être très puissant pour renforcer la confiance dans nos choix.
Le psychologue Martin Grunwald, chef du laboratoire d’haptique de l’Université de Leipzig affirme que le toucher a un impact déterminant sur notre développement physique et psychique. « aucun mammifère ne peut se développer sans le contact physique et aucun ne peut survivre à ce manque » !

Le gout et l’odorat sont deux sens très fins et directement reliés à notre cerveau émotionnel ou système limbique. Parmi nos récepteurs olfactifs, on compte près de trente millions de cellules réparties en 350 catégories permettant de nous constituer au fil de la vie une véritable banque d’odeurs et de souvenirs associés. Les milliers de récepteurs de notre langue nous permettent d’identifier et de classer les aliments en cinq catégories de base (le doux, l’acide, le salé, l’amer, l’umami) et d’évaluer la qualité nutritive de ces derniers (glucides, protéines, sels minéraux…). Cette puissance sensorielle est souvent inconsidérée et pourtant elle est le pilier sur lequel s’appuie l’intelligence intuitive, source d’innovation et de performances de plus en plus recherchée par les dirigeants et les managers précurseurs.

Comment développer les perceptions ?

1. SE REMETTRE A L’ECOUTE

Pour se remettre à l’écoute, il est utile de savoir s’arrêter pour se détacher de la pollution sonore composée par une multitude de sons et de bruits perçus par nos oreilles.
Posez-vous assis(e) ou allongé(e), le dos en appui, les épaules relâchées. Inspirez par le nez et soufflez par la bouche plusieurs fois. Puis posez vos mains en coquille sur vos oreilles et restez là quelques instants pour écouter vos perceptions des sons intérieurs tout en gardant vos mains sur vos oreilles. Ecoutez ces sons qui sont là à l’intérieur (son de la respiration, battements du cœur et toutes les autres perceptions que vous pouvez capter). Puis enlevez vos mains et écoutez à présent les sons extérieurs qui proviennent de votre environnement : ceux de votre gauche, de votre droite, de l’arrière, de l’avant. Vous serez ainsi plus à même, d’être dans une écoute attentive et active avec ceux/ce qui vous entoure(nt). Vous gagnerez en disponibilité et entendrez au delà des mots avec des perceptions nouvelles : micro-silences, les variations des intonations, modification du débit …

2. REGARDER AVEC ATTENTION

La Vue est notre sens le plus sollicité. Elle nous permet d’apprécier l’apparence du monde mais c’est aussi un sens qui est soumis à une pléthore de signaux. Or selon notre état émotionnel et notre encombrement mental, notre capacité d’observation peut être fortement diminuée. Chacun a déjà expérimenté cette « cécité attentionnelle » consistant à ne pas voir ce qui est sous nos yeux. Aussi notre état émotionnel influe considérablement sur la réalité de ce que nous voyons. Plus je suis inquiet, plus mon attention va se porter sur toutes les sources de stress et d’inquiétude présentes. Ainsi ce que nous voyons finit par être extrêmement limité au regard de tout ce qu’il y’aurait à voir.

Pour retrouver cette capacité à voir grand et large, posez-vous, inspirez profondément, retenez votre respiration, votre bras gauche est tendu à l’horizontal et votre regard est centré sur votre pouce gauche. Puis, laissez votre pouce se rapprocher de plus en plus prêt de l’espace entre vos deux yeux. Quand votre vue se floute, fermez les yeux un instant et sentez le profond relâchement de vos yeux lorsque vos paupières sont closes. Laissez vous respirer profondément les yeux fermés. Puis ré-ouvrez vos yeux et fixez votre regard sur un point devant vous et notez que votre vision est élargie, vous voyez plus loin sur votre droite et sur votre gauche. Intégrez les bienfaits !

3. TOUCHER

Premier sens à se développer chez l’être humain, le toucher est relégué au fil de la vie à la sphère intime, la poignée de mains restant une des dernières occasions de toucher et d’être en contact avec un(e) collègue ou un(e) collaborateur/collaboratrice. Or, le toucher est un sens qui nous relie à ce/ceux qui nous entourent. Le toucher a ce pouvoir extraordinaire d’augmenter avec fulgurance notre niveau d’ocytocine, hormone qui aide à créer des liens émotionnels forts et des relations de confiance.

Pour retrouver cette capacité à toucher, regardez–vous dans un miroir et apprenez à vous regarder dans les yeux en fixant l’espace entre vos deux sourcils. Prenez le temps de regarder vos interlocuteurs dans les yeux. Ce regard attentif est le premier toucher qui existe entre vous et la/les personne(s) qui sont en présence. Prenez soin de poser un regard bienveillant sur chaque personne qui vous entoure car cela est une façon très efficace de se rapprocher et de réduire la distance et les potentielles résistances.

Aussi, dans la journée, posez vos mains et sentez les sensations sous vos doigts. Faites-vous masser ou apprenez l’automassage. Selon le lieu où vous vous trouvez, vous pouvez aussi utiliser votre imagination pour activer vos récepteurs sensoriels au niveau de vos mains et de vos pieds en vous imaginant poser vos mains sur l’écorce d’un arbre, dans le sable, la terre ou encore l’eau fraiche. Visualisez-vous en train de marcher les pieds nus et de passer du sable chaud à l’herbe fraiche du petit matin et sentez les bienfaits.

Vous l’avez compris, stimuler ses récepteurs sensoriels, c’est pouvoir accéder à cette force sensible qui régénère et instaure un climat émotionnel et une réceptivité informationnelle propice à la prise de décision.

Et vous ?

Et vous, quels sont les moyens que vous mettez en oeuvre pour déployer cette force sensible ? Pour vous aider à progresser dans cette dimension, adoptez votre nouvelle phrase rituelle. Parmi celles que vous pourriez trouver, en voici une «  Oui j’affine mes sens et je gagne en puissance et en efficacité de jour en jour ».
Partagez et écrivez la phrase qui résonne pour vous. Cela encouragera et enrichira les lecteurs qui comme vous, aspirent à vivre une vie en santé, riche et épanouissante …